A la droite de l’extrême-gauche…

Joli mois de mai 1944 me vaut quelques accusations de me situer à l’extrême-droite sur l’échiquier politique et aussi d’être un « nationaliste » breton. La question ne se pose pas de savoir si je suis à gauche ou à droite ou si je suis régionaliste ou jacobin.

Dans la première partie de mon ouvrage, la plus importante, j’établis des faits incontestables. La parution de Joli mois de mai a d’ailleurs suscité un nombre important de nouveaux témoignages sur les combats que j’ai décrits et surtout sur les exactions commises par la Résistance : tout ce que j’ai pu écrire est largement confirmé par ces nouveaux témoignages. Aucun de ces témoignages ne n’amène, pour le moment, à revenir sur ce que j’ai écrit. Il y aurait a contrario de quoi écrire un autre livre sur la réalité de ce qu’a été la Résistance avec ces nouveaux témoignages et ce livre serait autant désagréable à ceux qui sont déjà indisposés par le premier.

Telle est donc la question que devrait se poser les contestataires : quels sont les faits qui seraient inexacts ? Alors ne nous trompons pas de sujet et évitons la diversion. Mes opinions politiques ne sont pas la question, même si je les exprime à la fin de mon ouvrage. Pour ceux qui ne les auraient pas devinées, voici un indice :

L’Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, de l’État de droit, ainsi que de respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l’égalité entre les femmes et les hommes.

Il s’agit de l’article 2 du traité de l’Union européenne relatifs aux valeurs de l’Union. Mes détracteurs seront bien en peine de démontrer que j’éprouverais de la nostalgie pour le pétainisme – comme il m’a été écrit – ou pour toute idéologie de couleur brune. Et à quel moment de mon parcours personnel j’aurais pu exprimer de la sympathie pour cette mouvance.

L’extrême-droite est souvent associée à l’antisémitisme. Avec Arthur et David, j’ai abordé un thème pour le moins périlleux : celui de la Shoah, au travers des relations entre les nationalistes et les Juifs bretons. Or personne ne m’a accusé d’antisémitisme ou de négationnisme. Pas même Françoise Morvan

Yves Mervin

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s