La guerre fait encore des ravages aujourd’hui en Bretagne…

 …elle se poursuit sur l’ « encyclopédie » Wikipédia à laquelle un internaute peut difficilement échapper lors de recherches sur le net. L’idée est généreuse : chacun contribue et utilise un savoir mis en commun, le savoir est mis à jour, amélioré instantanément si besoin par les relecteurs. En apparence, Wikipédia est gratuite mais c’est aussi une société américaine qui brasse annuellement des millions de dollars grâce au financement de nombreux donateurs. La technologie internet a permis à Wikipédia d’occuper en premier une place qui ne sera pas reprise de sitôt.

Mais cette approche présente différents points faibles, en particulier l’anonymat des contributeurs. Wikipédia a choisi de faire de cet anonymat un principe fondateur, ce qui aurait pu être évité : qui peut citer Wikipédia comme une de ses sources d’informations sans craindre la risée ? Nous allons illustrer la question avec l’exemple du contributeur anonyme de Wikipédia que nous nommerons 81.53.13.21, selon l’adresse IP (Internet Protocol) que lui à prêté son fournisseur d’accès à internet (FAI) lors de sa connexion du 2 février 2013 dans l’après-midi de 15 heures à 17 heures environ :

ut

Connexion au site Wikipédia du contributeur 81.53.13.21

Mais qui est donc 81.53.13.21. ? Au travers des articles accédés sur Wikipédia, ce contributeur anonyme démontre un intérêt pour la matière de Bretagne, et en particulier pour la période de la Seconde Guerre mondiale dans notre pays. Dans l’article consacré à Roparz Hemon, la phrase :

Il y travaille sous l’autorité et le contrôle idéologique des Allemands et anime les premières émissions en breton à la radio, ce qui n’avait pas été possible précédemment du fait de la politique linguistique française

devient, sous son clavier :

Il y travaille sous l’autorité et le contrôle idéologique des Allemands et anime des émissions en breton à la radio. Ces émissions, émises [pléonasme !] de Rennes n’ont jamais été captées en Basse-Bretagne, et n’ont donc jamais touché d’auditeurs susceptibles de les écouter. En tout état de cause le breton artificiel et souvent fautif de Roparz Hémon ne pouvait pas être compris de ceux ayant le breton comme langue maternelle.

Contrôle idéologique des Allemands (pas des nazis tant qu’à faire ?)… breton artificielsouvent fautif… une telle présentation du génie de la littérature bretonne permet de circonscrire les hypothèses à un club assez restreint mais proactif d’auteurs connus : Françoise Morvan, Ronan Calvez, Pierrick Le Guennec, Nelly Blanchard, Christian Bougeard, Claude Toczé, Georges Cadiou… qui diffusent ouvertement une doctrine très typée, ainsi qu’à quelques aficionados moins connus mais eux aussi actifs et inspirés par les premiers. Quelques dizaines de personnes ?

RH2

L’article consacré à Roparz Hemon avant (à droite) et après (à gauche).

Ce serait dommage de s’arrêter en si bon chemin, et hop, un petit tour sur l’article consacré à la Bezen Perrot : le terme formation est bien trop complaisant, remplaçons-le à chaque occurrence par milice, ce terme a une connotation plus facho que formation qui est trop neutre… Ah, çà fait du bien ! Et Perrot ? Eh oui ce bon abbé Perrot, Bleun Brug et Feiz ha Breiz ? Quoi ? Un prêtre engagé dans la vie culturelle assassiné par la Résistance ? Scandaleux ! Rectifions, un collabo, allez, un collaborateur, c’est plus « scientifique » … exécuté par la Résistance. La Résistance n’assassine pas, elle exécute, pour la bonne cause, après jugement, et même le jugement du peuple, et je suis du peuple, et le peuple, c’est moi. La Résistance exécute même à contre-coeur, si, si, à contre-coeur, et pour le bien de l’Humanité. On peut quand même bien sacrifier quelques vies pour le bien de l’Humanité  ?

BP1

L’article consacré à la Bezen Perrot avant (à droite) et après (à gauche).

Ah, çà défoule ! Et çà confirme le microcosme des post-traumatisés de la Seconde Guerre mondiale, 70 ans après les événements, mais sans le préciser davantage. Les deux modifications qui suivent permettent de profiler plus finement le contributeur 81.53.13.21. Ces modifications sont consacrées aux fragments de Bignan (vous en avez déjà entendu parler ?), deux fragments de poèmes en breton du haut-moyen-âge publiés par Joseph Loth dans la Revue celtique en 1887… quelques spécialistes !

Si l’anonymat permet au contributeur de se défouler, la manière dont il se défoule dévoile ses centres d’intérêt, les idées qu’il professe et le vocabulaire qu’il utilise de préférence, ce qui constitue non pas une signature mais une caractérisation de l’individu. Ajoutons que Wikipédia a l’amabilité de mettre à disposition des internautes un utilitaire permettant d’en savoir un peu plus sur ce mystérieux contributeur (ou contributrice) 81.53.13.21. 

ut2

Quelques indices complémentaires avec Whois

Le FAI est France Telecom et la connexion s’est faite aux environs de Rennes… Il y a au moins, et pour cause, un profil psychologique qui répond à tous les critères examinés mais dans ce cas précis, y-en-a-t’il plus qu’un ?

On ne peut guère aller bien plus loin dans l’identification du courageux internaute anonyme qui manifeste ses troubles psychologiques en « améliorant » le contenu de l’encyclopédie universelle Wikipédia. De tels individus, décrédibilisent à eux seuls l’encyclopédie en ligne, au détriment des donateurs et des contributeurs qui participent dans l’esprit déclaré de Wikipédia.

A signaler toutefois, que Françoise Morvan, qui m’épingle dans un nouveau post sur son blog, a la capacité que n’a pas votre serviteur, d’identifier les visiteurs qui parcourent son site. Et elle avance en effet que je visite quotidiennement son blog ! Comment peut-elle savoir ? Et pourquoi avance-t-elle une telle assertion dont je suis le seul bien placé à savoir si elle est exacte ou non ? Parce que Françoise Morvan est douée d’intuition, dont elle n’hésite pas à nous faire part et elle nous concocte ses écrits « historiques » selon un mélange de faits exacts avec ses « intuitions » jusqu’à produire un récit très personnel et des contre-sens flagrants sur l’interprétation des faits (comme l’idée de rattacher le maquis Bara au maquis Tito).

In fine, est-ce que je me rends quotidiennement sur le site de Françoise Morvan ? Mais oui, Françoise, j’y vais tous les jours, et même dix fois par jour, et je me lève même la nuit pour y aller, en tremblant de peur à l’idée que vous ayez encore parlé de moi…

Et merci au lecteur qui m’a transmis la matière de cet article.

Yves Mervin

Addendum : dans le dernier post de Françoise susmentionné, Françoise avance que « Frédo » serait Yves Corbel… Être originaire de Rostrenen et ne pas savoir qui est Frédo, c’est surprenant ! L’intuition n’a pas bien marché encore une fois. Comme pour tous les pseudonymes, même s’il y a pour Frédo plusieurs hypothèses, dont celle d’Yves Corbel, la seule à retenir est celle de Pierre Le Balpe dont le nom a été donné à une rue de Rostrenen…

Un malfrat ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s