Jean Miniou

…Chistr zo graet vi bout evet, Merhied yaouank vit bout karet (1)

Vient de disparaître dans sa 96éme année Jean Miniou de Guiscriff. Jean Miniou fait partie de cette génération à qui l’Éducation nationale française a interdit de parler sa langue maternelle à l’école. Si tous furent meurtris, Jean Miniou fut de ceux qui ne l’acceptèrent jamais.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, après l’assassinat de l’abbé Jean-Marie Perrot le 12 décembre 1943 par le Parti communiste français, Jean Miniou s’engage dans une unité militaire bretonne qui cherche à protéger les nationalistes bretons contre diverses agressions. Conscient de la précarité de la situation, Jean Miniou a l’occasion de demander au chef du Parti national breton (PNB) s’il serait possible de se rapprocher des Alliés pour éviter de combattre un jour des cousins gallois… La question est pertinente mais Raymond Delaporte ne sait comment la mettre en oeuvre.

Après la Libération, et quelques années de travaux forcés, Jean Miniou retourne à la vie civile et, assez rapidement, crée une entreprise de travaux publics et de promotion immobilière en région parisienne. Avec des chantiers à Sarcelles, la Défense… les affaires sont florissantes et Jean Miniou se révèle en chef d’entreprise. Mais il n’est pas motivé par la réussite matérielle. Selon une devise « discrétion et efficacité”, Jean Miniou préfère venir en aide aux associations bretonnes, en particulier celles qui œuvrent pour la langue bretonne, comme les écoles Diwan. Il participe aussi activement, à l’aménagement des nouveaux locaux de la Mission bretonne rue Delambre dans le 14éme arrondissement de Paris. Si une association de lutte bretonne cherche de la sciure pour un tournoi, Jean Miniou déclare « Je m’en occupe ». La sciure est livrée au jour dit et enlevée après la manifestation. De retour au Pays, Jean Miniou a très largement contribué à la restauration du manoir de Landeleau.

En avril 2009, Jean Miniou accepte ma proposition de rencontrer un compatriote qu’il aurait pu affronter les armes à la main dans les circonstances de la guerre en juillet 1944 du côté de Scrignac. Un franc-tireur partisan (FTP) au passé prestigieux qui ne s’en est pris qu’à l’occupant et non pas à ses compatriotes. Il ressort de cette rencontre, que, sans éluder la réalité des faits et dans le respect de toutes les victimes, tout en écoutant le point de vue des autres et en faisant preuve de réelle intelligence, le dialogue peut s’instaurer et les affrontements pourraient être évités. Nul n’est tenu d’entretenir des hostilités stériles jusqu’à la septième génération.

Après avoir perdu sa compagne Marie-Thérèse en mai 2016, sans descendance, Jean Miniou nous quitte après avoir légué ses derniers biens à des œuvres caritatives.

Adieu Jean

Guiscriff, 11 janvier 2018

1 – Son ar chistr (« la chanson du cidre »), chanson composée par deux camarades guiscrivites de Jean Miniou, ses aînés Jean Bernard et Jean-Marie Prima (« le cidre est fait pour être bu, les jeunes filles pour être aimées… »). Une chanson que Jean Miniou avait encore chanté lors de son dernier anniversaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s