La guerre fait encore des ravages aujourd’hui en Bretagne…

 …elle se poursuit sur l’ « encyclopédie » Wikipédia à laquelle un internaute peut difficilement échapper lors de recherches sur le net. L’idée est généreuse : chacun contribue et utilise un savoir mis en commun, le savoir est mis à jour, amélioré instantanément si besoin par les relecteurs. En apparence, Wikipédia est gratuite mais c’est aussi une société américaine qui brasse annuellement des millions de dollars grâce au financement de nombreux donateurs. La technologie internet a permis à Wikipédia d’occuper en premier une place qui ne sera pas reprise de sitôt.

Mais cette approche présente différents points faibles, en particulier l’anonymat des contributeurs. Wikipédia a choisi de faire de cet anonymat un principe fondateur, ce qui aurait pu être évité : qui peut citer Wikipédia comme une de ses sources d’informations sans craindre la risée ? Nous allons illustrer la question avec l’exemple du contributeur anonyme de Wikipédia que nous nommerons 81.53.13.21, selon l’adresse IP (Internet Protocol) que lui à prêté son fournisseur d’accès à internet (FAI) lors de sa connexion du 2 février 2013 dans l’après-midi de 15 heures à 17 heures environ :

ut

Connexion au site Wikipédia du contributeur 81.53.13.21

Mais qui est donc 81.53.13.21. ? Au travers des articles accédés sur Wikipédia, ce contributeur anonyme démontre un intérêt pour la matière de Bretagne, et en particulier pour la période de la Seconde Guerre mondiale dans notre pays. Dans l’article consacré à Roparz Hemon, la phrase :

Il y travaille sous l’autorité et le contrôle idéologique des Allemands et anime les premières émissions en breton à la radio, ce qui n’avait pas été possible précédemment du fait de la politique linguistique française

devient, sous son clavier :

Il y travaille sous l’autorité et le contrôle idéologique des Allemands et anime des émissions en breton à la radio. Ces émissions, émises [pléonasme !] de Rennes n’ont jamais été captées en Basse-Bretagne, et n’ont donc jamais touché d’auditeurs susceptibles de les écouter. En tout état de cause le breton artificiel et souvent fautif de Roparz Hémon ne pouvait pas être compris de ceux ayant le breton comme langue maternelle.

Contrôle idéologique des Allemands (pas des nazis tant qu’à faire ?)… breton artificielsouvent fautif… une telle présentation du génie de la littérature bretonne permet de circonscrire les hypothèses à un club assez restreint mais proactif d’auteurs connus : Françoise Morvan, Ronan Calvez, Pierrick Le Guennec, Nelly Blanchard, Christian Bougeard, Claude Toczé, Georges Cadiou… qui diffusent ouvertement une doctrine très typée, ainsi qu’à quelques aficionados moins connus mais eux aussi actifs et inspirés par les premiers. Quelques dizaines de personnes ?

RH2

L’article consacré à Roparz Hemon avant (à droite) et après (à gauche).

Ce serait dommage de s’arrêter en si bon chemin, et hop, un petit tour sur l’article consacré à la Bezen Perrot : le terme formation est bien trop complaisant, remplaçons-le à chaque occurrence par milice, ce terme a une connotation plus facho que formation qui est trop neutre… Ah, çà fait du bien ! Et Perrot ? Eh oui ce bon abbé Perrot, Bleun Brug et Feiz ha Breiz ? Quoi ? Un prêtre engagé dans la vie culturelle assassiné par la Résistance ? Scandaleux ! Rectifions, un collabo, allez, un collaborateur, c’est plus « scientifique » … exécuté par la Résistance. La Résistance n’assassine pas, elle exécute, pour la bonne cause, après jugement, et même le jugement du peuple, et je suis du peuple, et le peuple, c’est moi. La Résistance exécute même à contre-coeur, si, si, à contre-coeur, et pour le bien de l’Humanité. On peut quand même bien sacrifier quelques vies pour le bien de l’Humanité  ?

BP1

L’article consacré à la Bezen Perrot avant (à droite) et après (à gauche).

Ah, çà défoule ! Et çà confirme le microcosme des post-traumatisés de la Seconde Guerre mondiale, 70 ans après les événements, mais sans le préciser davantage. Les deux modifications qui suivent permettent de profiler plus finement le contributeur 81.53.13.21. Ces modifications sont consacrées aux fragments de Bignan (vous en avez déjà entendu parler ?), deux fragments de poèmes en breton du haut-moyen-âge publiés par Joseph Loth dans la Revue celtique en 1887… quelques spécialistes !

Si l’anonymat permet au contributeur de se défouler, la manière dont il se défoule dévoile ses centres d’intérêt, les idées qu’il professe et le vocabulaire qu’il utilise de préférence, ce qui constitue non pas une signature mais une caractérisation de l’individu. Ajoutons que Wikipédia a l’amabilité de mettre à disposition des internautes un utilitaire permettant d’en savoir un peu plus sur ce mystérieux contributeur (ou contributrice) 81.53.13.21. 

ut2

Quelques indices complémentaires avec Whois

Le FAI est France Telecom et la connexion s’est faite aux environs de Rennes… Il y a au moins, et pour cause, un profil psychologique qui répond à tous les critères examinés mais dans ce cas précis, y-en-a-t’il plus qu’un ?

On ne peut guère aller bien plus loin dans l’identification du courageux internaute anonyme qui manifeste ses troubles psychologiques en « améliorant » le contenu de l’encyclopédie universelle Wikipédia. De tels individus, décrédibilisent à eux seuls l’encyclopédie en ligne, au détriment des donateurs et des contributeurs qui participent dans l’esprit déclaré de Wikipédia.

A signaler toutefois, que Françoise Morvan, qui m’épingle dans un nouveau post sur son blog, a la capacité que n’a pas votre serviteur, d’identifier les visiteurs qui parcourent son site. Et elle avance en effet que je visite quotidiennement son blog ! Comment peut-elle savoir ? Et pourquoi avance-t-elle une telle assertion dont je suis le seul bien placé à savoir si elle est exacte ou non ? Parce que Françoise Morvan est douée d’intuition, dont elle n’hésite pas à nous faire part et elle nous concocte ses écrits « historiques » selon un mélange de faits exacts avec ses « intuitions » jusqu’à produire un récit très personnel et des contre-sens flagrants sur l’interprétation des faits (comme l’idée de rattacher le maquis Bara au maquis Tito).

In fine, est-ce que je me rends quotidiennement sur le site de Françoise Morvan ? Mais oui, Françoise, j’y vais tous les jours, et même dix fois par jour, et je me lève même la nuit pour y aller, en tremblant de peur à l’idée que vous ayez encore parlé de moi…

Et merci au lecteur qui m’a transmis la matière de cet article.

Yves Mervin

Addendum : dans le dernier post de Françoise susmentionné, Françoise avance que « Frédo » serait Yves Corbel… Être originaire de Rostrenen et ne pas savoir qui est Frédo, c’est surprenant ! L’intuition n’a pas bien marché encore une fois. Comme pour tous les pseudonymes, même s’il y a pour Frédo plusieurs hypothèses, dont celle d’Yves Corbel, la seule à retenir est celle de Pierre Le Balpe dont le nom a été donné à une rue de Rostrenen…

Un malfrat ?

Publicités

Merci Leo !

weisgerber

Leo Weisgerber (1899-1985)

Les querelles sporadiques sur la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en Bretagne mettent en cause régulièrement les mêmes personnages. Nous reviendrons ici sur l’un d’entre eux, Leo Weisgerber. Je produis ci-dessous une bibliographie minimale, au-delà des propres écrits de ce linguiste, pour commencer à porter un jugement sur Leo Weisgerber. Je suis loin de partager les points de vue de certains de ces auteurs, mais ils ont au moins investigué avant de nous livrer leurs conclusions.

Né en 1899 à Metz, alors allemande, Leo Weisgerber poursuit des études universitaires qui en font un spécialiste des langues allemandes et celtiques, dont le breton. Il rejoint les universités de Rostock en 1927, Marburg en 1938 puis Bonn en 1942. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est affecté à la Propagandastaffel, un service de propagande rattaché au commandement de l’armée d’occupation, le Militärbefehlshaber (MBF), soit l’organisme de la Wehrmacht qui gère les accords d’armistice avec la France. Au sein de la Propagandastaffel, qui exerce surtout une censure sur les médias français, Leo Weisgerber est chargé, en tant qu’officier hors cadre de l’armée (en allemand Sonderführer, pas Sonderführer SS) de nouer de bonnes relations avec le mouvement breton. Il dirige la station de Radio-Rennes et innove avec les toutes premières émissions radiophoniques en breton grâce au concours de Fañch Elies dit Abeozen. Leo Weisgerber favorise ensuite la création de l’Institut celtique dont Roparz Hemon devient le directeur. Il intervient également pour protéger des nationalistes bretons des tracasseries de l’administration française.

C’est Henri Fréville qui aborde le premier en Bretagne le cas de Leo Weisgerber : tout professeur d’histoire moderne qu’il ait été à l’Université de Rennes, il reste avant tout l’ancien « délégué pour la Bretagne du Comité général d’étude pour l’Information » lors de la Libération, ce qui n’est certainement pas un gage de neutralité. S’il traite avec quelque distance Leo Weisgerber, Henri Fréville commet de graves erreurs à propos de Roparz Hemon dans les Archives secrètes de Bretagne parues en 1985. Noter que les éditions Ouest-France ont en 2004, Henri Fréville étant alors disparu, la bonne idée de rééditer les Archives secrètes en la faisant postfacer, sans la nommer, par… Françoise Morvan ! Ce qui n’est avoué que quelques années plus tard en 2008. On peut douter qu’Henri Fréville eut sollicité cette contribution…

Ronan Calvez s’évertue, par l’allusion et la suggestion ou les raisonnements par capillarité, à démontrer que Radio-Rennes était une annexe de Radio-Paris. Mais Radio-Rennes, au moins pour les émissions en breton, jouissait en ces temps de guerre, grâce à Leo Weisgerber, d’une liberté éditoriale qu’elle a exercée sur le seul plan culturel. Pour les lecteurs perspicaces :

Nouvelliste Morbihan - RadioLe nouvelliste du Morbihan du 16 novembre 1943

Les publications par Klaus Dutz du colloque consacré au centième anniversaire de la naissance de Leo Weisgerber en 1999 mettent en avant, cinquante ans après les événements, ce qu’il y a lieu de retenir de l’oeuvre de Leo Weisgerber dans le domaine de la linguistique, travaux qui font encore date aujourd’hui et qui lui ont valu une réputation internationale. La contribution de l’universitaire allemand Joachim Lerchenmüller dans ce colloque traite de la période bretonne de Leo Weisgerber. Comme dans son ouvrage précédent Keltischer Sprengstoff (« explosif celtique » !),  il cite Henri Fréville – c’est loin la Bretagne – et avance que l’action de Leo Weisgerber était politique et militaire car il aurait agi pour déstabiliser le préfet François Ripert. Il reprend ce faisant la thèse tout à fait irréaliste d’Henri Fréville selon laquelle ce préfet aurait été un gaulliste et aurait démissionné pour ne pas appliquer les accords Bousquet-Oberg (le préfet a été démis de ses fonctions non pas par manque d’esprit collaborationniste mais pour incompétence). Joachim Lerchenmüller a encore beaucoup à découvrir des subtilités de la vie politique rennaise sous l’Occupation.

Nelly Blanchard du Centre de recherches bretonnes et celtiques (CRBC) de l’Université de Bretagne occidentale a voulu voir en Leo Weisgerber un linguiste acquis à l’idéologie nazie à partir d’une bien fragile théorie du vocabulaire utilisé par ce dernier : Leo Weisgerber aurait en particulier abusé du terme Volk (« peuple » en allemand) dans ses écrits ! Il aurait aussi été chargé d’une mission de séduction des intellectuels bretons pour les rallier à la cause du Troisième Reich. La démarche démontre surtout qu’on peut développer une théorie du complot à partir des sujets les plus anodins tout en passant à côté de l’essentiel.

Avec un livre consacré à l’universitaire allemand Julius Pokorny,  Pól Ó Dochartaigh aborde le contexte universitaire allemand des études celtiques de l’entre-deux-guerres : il traite succinctement à l’occasion le cas de Leo Weisgerber sans bâtir de théorie inappropriée sur le personnage. Notons que l’éminent celtisant Julius Pokorny, est écarté de sa chaire par les nazis en raison de ses origines juives. Il survivra miraculeusement et reprendra sa chaire après la guerre.

En ce qui concerne Leo Weisgerber en Bretagne, il n’est pas essentiel de s’accorder précisément sur le sens et la portée de son action. On pourra le faire sur ce qu’elle n’a pas été, en particulier :

  1. elle n’a pas eu le moindre effet sur les persécutions nazies envers des minorités exclues des communautés nationales par cette idéologie,
  2. elle n’a été nullement préjudiciable aux activités de résistance à l’occupant allemand, dans la mesure où ces actions de résistance avaient pour finalité la restauration de l’état de droit et de la démocratie lors de la Libération.

L’action menée par Leo Weisgerber lors de l’Occupation aurait du l’être bien avant l’arrivée des Allemands en Bretagne. Après leur départ, il avait montré la voie de ce qui était et reste à mener dans notre pays.

Merci Leo !

Yves Mervin

Bibliographie :

Henri Fréville, Archives secrètes de Bretagne, 1940-1944, Ouest-France, 1985.

Chris Hutton, Linguistics and the Third Reich (Mother-tongue fascism, race and the science of language) – Routledge, 1999.

Ronan Calvez – La Radio en langue bretonne, Roparz Hemon et Pierre-Jakez Hélias : deux rêves de Bretagne, PUR / CRBC, 2000

Joachim Lerchenmuller, Keltischer Sprengstoff : Eine wissenschaftsgeschistliche Studie über die deutsche Keltologie von 1900 bis 1945, De Gruyter, 1997.

Klaus D. Dutz, Interpretation und Re-Interpretation. Aus Anlaß des 100. Geburtstages von Johann Leo Weisgerber (1899-1985), Münster, Nodus Publikationen, 2000.

Nelly Blanchard, Un agent du Reich à la rencontre des militants bretons : Leo Weisgerber, Brud Nevez 2003.

Pól Ó Dochartaigh, Julius Pokorny, 1887–1970: Germans, Celts and Nationalism. Dublin, Four Courts Press, 2004. 

Yves Mervin, Arthur et David – Bretons et Juifs sous l’Occupation, Yoran Embanner, 2011.